Passer aux informations produits
1 de 2

Librairie Jean Luc Angrand

Het ultieme godslastering - Léonard Da Vinci (72 Seiten)

Het ultieme godslastering - Léonard Da Vinci (72 Seiten)

Prix habituel €5,99 EUR
Prix habituel Prix promotionnel €5,99 EUR
En vente Épuisé
Frais d'expédition calculés à l'étape de paiement.

Een eboek dat alles wat je denkt te weten over de reus Leonardo da Vinci zal veranderen. Een echte Da Vinci-code die het donkere en lichte kant van de kunstenaar onthult; veel andere boeken zijn nu verouderd; excuses! Er zal dus voor en na ULTIMATE BLASPHEMY zijn, het is aan jou om te oordelen.

Hij heeft het aangedurfd! Ja, hij heeft het aangedurfd om op verborgen wijze de spirituele orde van zijn tijd uit te dagen. De Mona Lisa is niet alleen wat je denkt; ultiem godslastering!!! De Heilige Anna, de Maagd van de Rotsen, Johannes de Doper en andere meesterwerken van onze vriend Leonardo zijn te herontdekken door middel van een verrassende lezing; met een neiging naar christelijke ketterij die hij verstandig heeft verborgen, in een wereld waarin de Inquisitie door allen werd gevreesd. De initiatie begint nu; ultieme godslastering!

🔷 Allégorie van de boot

🔷 Het laatste avondmaal

🔷 De Mona Lisa

🔷 Heilige Anna

🔷 De Maagd van de rostsen

🔷 Mona Vanna

🔷 Sint jan de Doper

Jean-Luc Angrand wandelt vaak door het Louvre Museum in Parijs, de National Gallery in Londen, de Uffizi Musea in Florence en vele andere musea over de hele wereld. Hij wordt erkend als een expert in de hermetische ontcijfering van Italiaanse Renaissance schilderijen.

Zijn werk verandert de kunstgeschiedenis van de Italiaanse Renaissance en biedt ook een nieuw perspectief op moderne schilders.

  • Voir autrement
  • Aimer l'art
  • Être un initié
Afficher tous les détails

Qui suis-je ? Who am I? 나는 누구인가요?

Biographie de l'auteur

Ma méthode de décodage des peintures

Voici comment je réalise mes décodages des peintures des grands artistes de la Renaissance italienne, entre autres.

Tout d'abord, j'étudie les parcours de ces artistes pour déterminer s'ils ont été formés à l'école des Médicis ou dans d'autres institutions par les plus grands spécialistes des domaines suivants :

  • L'alchimie
  • L'astrologie des humeurs (une médecine combinant phytothérapie et astrologie)
  • La kabbale et la numérologie
  • La mythologie gréco-romaine
  • La symbolique des fleurs
  • La poésie
  • La philosophie
  • L'expression corporelle

Si ces artistes n'ont pas été pensionnaires de l'école des Médicis, j'explore s'ils ont fréquenté d'autres établissements où ces sciences étaient considérées comme crédibles à l'époque.

Étant moi-même formé dans ces domaines, bien que je ne sois pas un grand spécialiste, je peux facilement percevoir des formes cachées dans leurs peintures faisant référence à des mythes, des animaux dissimulés dans d'autres motifs, notamment le célèbre Cygne de Léda.

Par exemple, Léonard de Vinci construit presque toujours son codage autour du mythe de "Léda et le Cygne alchimique" ainsi que de la numérologie qui lui est associée, à l'exception de la Joconde, où il fait appel au mythe de l'hermaphrodite alchimique.

Pour d'autres artistes, comme Giorgione dans "La Tempête", on observe un mélange de récits judéo-chrétiens et d'alchimie.

Sandro Botticelli se distingue par son utilisation peut-être excessive de l'alchimie, de la mythologie gréco-romaine, de la kabbale, de la symbolique des fleurs, ainsi que des récits judéo-chrétiens, de la genèse à la révélation christique. Botticelli m'a obligé à considérablement simplifier mes descriptions contenues dans les deux tomes "Décodage suite". L'intégralité de mon travail de décodage se trouve dans une thèse. Cependant, il y a quelques années, j'ai publié un livre intitulé "Le code caché de Botticelli" qui ne traite que d'un seul des quatre tableaux d'une série appelée "Les quatre mythologies"; chefs-d'oeuvres de Botticelli

Le décodage partiel de "La ronde de nuit" de Rembrandt n'a pas été très difficile, car après avoir beaucoup travaillé sur les grands peintres italiens, on acquiert une solide expertise.

Je suis disponible sur Calendly (Zoom) pour échanger avec mes lecteurs intéressés par mes découvertes et les leurs. Vous trouverez un bouton d'inscription dans cette boutique.

Merci de votre intérêt.

Jean Luc Angrand, historien

Psychopathologie des artistes modernes

Il est toujours délicat de parler des tourments des artistes, la pudeur est souvent la règle. Néanmoins, dans certains cas, il nous faut comprendre ce qui se passe dans leurs têtes pour saisir leurs œuvres ; libre à chacun ensuite de juger ou non.

J'ai donc, comme à mon habitude, commencé par une véritable enquête de police sur ceux que j'ai sélectionnés, et c'est ainsi que j'ai découvert leurs côtés obscurs.

Manet, habitué des maisons closes et fréquentant le milieu libertin parisien du XIXe siècle, est le cas le plus surprenant. Sa peinture, souvent présentée comme une représentation du mode de vie bourgeois, n'est en fait qu'une apologie de la pornographie. Il remplit ses tableaux de symboles codés faisant référence à l'argot de la prostitution de son époque. Des dictionnaires d'argot permettent de comprendre le sens pornographique de son œuvre.

"La Petite danseuse" de Degas, quant à elle, est une apologie cachée de la pédophilie.

Un artiste, comme James Tissot, est clairement libertin et expriment sont choix d'adulte avec humour. Son codage passe également par l'argot, mais aussi par une symbolique des couleurs liées pendant des siècles à la prostitution.

Un artiste engagé comme Christian Van Couwenberg, à travers sa peinture "Le viol de la femme noire", condamne l'esclavage des Africains. La démonstration de sa colère est impressionnante.

Enfin, Picasso, un géant que l'on ne présente plus, exprime à travers "Les Demoiselles d'Avignon" son admiration et peut-être son inquiétude face à la sorcellerie féminine ; le lien entre le vagin des femmes et la grotte préhistorique est, pour moi, clairement établi.

L'art est donc décrit de manière crue dans mon livre "L'art raconté crûment" ; à vous de juger s'il fallait explorer les abysses des artistes pour mettre presque tout sur la table.

L'art dans l'histoire politique

L'histoire des idées à travers ses grands tournants, catastrophes, révolutions et évolutions influence nos modes de vie. Nos modes de vie influencent nos idées et surtout celles des générations suivant le tournant ; la poule fait-elle l'œuf ou est-ce l'œuf qui fait la poule ?

La Révolution française, fruit de la pensée des Lumières, a été précédée par la Révolution américaine, elle-même fruit de la pensée des Lumières. C'est la Révolution française, par son côté extrême, qui a le plus changé le monde ; elle a porté en elle deux germes, celui de la démocratie bourgeoise et celui du collectivisme.

La descendance de ces deux germes n'a cessé de s'affronter dans la rue, dans les urnes, mais aussi dans l'art.

La révolution dans l'art, c'est l'opposition radicale entre l'égoïsme bourgeois que j'appelle le "MOI-JE" et la pensée collectiviste souvent génocidaire que j'appelle le "NOUS TOTALITAIRE". En France, à partir du milieu du XIXe siècle et jusqu'à il y a peu, ces deux courants s'affrontaient.

Dans mon livre "La révolution bourgeoise dans l'art", je tente de décrire ce combat bicentenaire et je l'accompagne de nombreuses citations ayant pour auteurs des politiciens, des intellectuels et autres.

À vous de voir si vous vous situez dans tel ou peut-être les deux courants, selon les moments.